apathie


apathie

apathie [ apati ] n. f.
XIVe; lat. apathia, gr. apatheia;cf. -pathie
1Philos. anc. Insensibilité voulue comme conforme à l'idéal humain. ataraxie, impassibilité, imperturbabilité.
2(1601) Cour. Incapacité d'être ému ou de réagir (par mollesse, indifférence, état dépressif, etc.). engourdissement, indolence, inertie, paresse, passivité, résignation. Secouer son apathie. Retomber, sombrer dans l'apathie. « Quarante années de tempête ont brisé les plus fortes âmes; l'apathie est grande » (Chateaubriand). « l'incroyable apathie des classes moyennes » (Martin du Gard).
Méd. Affaiblissement de l'initiative et de l'activité, lié à une profonde indifférence affective. Apathie transitoire liée à un choc émotionnel.
⊗ CONTR. Sensibilité; activité, énergie, enthousiasme.

apathie nom féminin (bas latin apathia, du grec apatheia) Indolence ou indifférence de quelqu'un poussée jusqu'à l'insensibilité complète ; nonchalance, inertie. Lenteur à agir ou à réagir, passivité, inertie d'un groupe, de l'économie, etc. ● apathie (synonymes) nom féminin (bas latin apathia, du grec apatheia) Indolence ou indifférence de quelqu'un poussée jusqu'à l'insensibilité complète ; nonchalance...
Synonymes :
- insensibilité
Contraires :
- énergie
- frénésie
- hypersensibilité
- vivacité

apathie
n. f.
d1./d PHILO ANC Indifférence du sage à tout mobile sensible.
d2./d Insensibilité, caractère d'une personne indifférente à l'émotion ou aux désirs. On ne peut le tirer de son apathie. Syn. indolence, inertie, mollesse.

⇒APATHIE, subst. fém.
A.— PHILOS. [Dans la philos. stoïcienne] État d'une âme devenue volontairement étrangère aux affections sensibles (dites « passions » dans le vocabulaire des stoïciens) :
1. L'épicuréisme se résolvait en impassibilité (...). Le stoïcisme en apathie (...), abstiens-toi. Le stoïcien est optimiste.
VIGNY, Le Journal d'un poète, 1834, p. 997.
B.— Cour., p. ext. et affaiblissement, souvent péj. Absence d'énergie, manque d'initiative, indifférence habituelle. Synon. indolence :
2. Il était arrivé, par les vexations du despotisme et la ruine des villes, que les curiales, ou membres des corps municipaux, étaient tombés dans le découragement et l'apathie; les évêques au contraire et le corps des prêtres, pleins de vie, de zèle, s'offraient naturellement à tout surveiller, à tout diriger.
GUIZOT, Hist. gén. de la civilisation en Europe, 1828, p. 27.
3. Tu es honteux de tes insurmontables irrésolutions, de tes constantes inconstances, de tes longues apathies, et de tes lâches abattements.
AMIEL, Journal intime, 1866, p. 417.
4. En général les historiens reprochent à Louis XV son indolence et son apathie.
BAINVILLE, Hist. de France, t. 1, 1924, p. 277.
5. Mais ces pauvres gens attendent la dernière extrémité pour se plaindre. Indifférence, apathie, résignation, accoutumance à la misère, et peut-être la crainte d'une rebuffade, d'être considérés comme geignants, douillets, ou « tire-au-flanc ».
GIDE, Le Retour du Tchad, 1928, p. 918.
Spéc., MÉD. Indifférence affective se traduisant par un engourdissement physique et moral avec disparition de l'initiative et de l'activité :
6. Nos états de conscience sont liés à la constitution chimique des humeurs du cerveau autant qu'à la structure des cellules. Quand le milieu intérieur est privé des sécrétions des glandes surrénales, le malade tombe dans une dépression profonde. Il ressemble à un animal à sang froid. Les désordres fonctionnels de la glande thyroïde amènent soit de l'excitation nerveuse et mentale, soit de l'apathie.
CARREL, L'Homme, cet inconnu, 1935, p. 167.
7. L'hypothyroïdien, avec certains troubles physiologiques et trophiques, offre un psychisme engourdi où la vie végétative, par suite de la prédominance vagotonique, enfouit la vie intellectuelle et émotive et amortit l'activité. Torpeur générale, avec un besoin excessif de sommeil, et somnolence fréquente, apathie, paresse, lenteur taciturne, maladresse motrice.
MOUNIER, Traité du caractère, 1946, p. 167.
SYNT. Sortir de l'apathie, secouer l'apathie, retomber dans l'apathie, se tirer de l'apathie, s'arracher à l'apathie.
PRONONC. :[apati].
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. 1375 philos. (stoïcienne) « insensibilité du sage » (R. DE PRESLES, Cité de Dieu, 13, 9 [1531] ds QUEM. : Doncques peult l'on dire convenablement cette parfaicte apathie estre a advenir sans aguillon de paour et sans quelconques tristesse); 2. 1601 « indolence, nonchalance » (CHARRON, De la sagesse, II ds Dict. hist. Ac. fr. t. 3, 1888, p. 309a : Une apathie bestiale des âmes basses et plattes du tout).
Empr. au gr. « calme de l'âme, absence d'affections sensibles » (de privatif et affection, impression sensible, dans la philos. stoïcienne), PLUTARQUE, CICÉRON, Acad., 2, 42 ds BAILLY.
STAT. — Fréq. abs. littér. :250. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 458, b) 428; XXe s. : a) 268, b) 280.
BBG. — BACH.-DEZ. 1882. — BASTIN 1970. — BOUILLET 1859. — BRUANT 1901. — FEUGÈRE (F.). En marge de l'exposition Charles V. Dans le vocab. de Duguesclin. Déf. Lang. fr. 1968, n° 45, p. 26. — FEUGÈRE (F.). La Première Renaissance et notre vocab. Déf. Lang. fr. 1970, n° 51, p. 14. — FOULQ.-ST-JEAN 1962. — FRANCK 1875. — GOBLOT 1920. — LACR. 1963. — LAFON 1969. — LAL. 1968. — Lar. méd. 1970. — LITTRÉ-ROBIN 1865. — MARCH. 1970. — Méd. Biol. t. 1 1970. — MOOR 1966. — MUCCH. Psychol. 1969. — NOTER-LÉC. 1912. — NYSTEN 1824. — PIÉRON 1963. — POROT 1960. — Psychol. 1969. — SILL. 1965.

apathie [apati] n. f.
ÉTYM. 1375; lat. apathia, grec apatheia, de a- privatif, et pathos « ce qu'on éprouve ». → -pathie.
1 Philos. anc. État d'une âme qui s'écarte volontairement des passions, dans une insensibilité jugée conforme à un idéal moral. Ataraxie, impassibilité, imperturbabilité. || L'apathie stoïcienne.
1 Une certaine apathie ou imperturbabilité et impassibilité plus stoïcienne que chrétienne.
Bossuet, Défense de la tradition sur la communion, II, 29.
2 (1601). Cour. Incapacité d'être ému ou de réagir (par mollesse, indifférence, état dépressif, etc.). Aboulie, engourdissement, indolence, inertie, léthargie, lymphatisme, mollesse, nonchalance, paresse, résignation. || L'apathie de qqn. || Secouer son apathie.(L'apathie). || Tomber, retomber, sombrer dans l'apathie. || Une faiblesse, une langueur qui tourne à l'apathie.Une apathie profonde, durable, désespérante. || Des apathies fréquentes : des moments, des crises d'apathie.L'apathie d'un milieu, d'une société.
2 Sans sentiment et comme en apathie.
Rabelais, Épître à Odet.
3 Tout noyé qu'il fût dans la graisse et l'apathie (…)
Saint-Simon, in Hatzfeld.
4 Quarante années de tempête ont brisé les plus fortes âmes; l'apathie est grande, l'égoïsme presque général; on se ratatine pour se soustraire au danger, garder ce qu'on a, vivoter en paix.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. IV, 1.
5 (…) dans l'apathie de cette paresse croissante, éclataient des emportements soudains, des folies d'inutile activité.
Zola, le Dr Pascal, t. I, p. 54.
6 Elle le croyait malade et craignait qu'il le devînt davantage. Mais son apathie avait une autre cause.
France, le Crime de Sylvestre Bonnard, p. 385.
7 « En France », dit Jacques, « nous avons à lutter contre l'incroyable apathie des classes moyennes (…) »
Martin du Gard, les Thibault, VII, 48.
8 (…) il (le climat tempéré et marin) ne porte ni à l'excitation, ni à l'apathie, mais se prête au contraire à l'effort mesuré, avec des résultats que l'on peut d'avance calculer.
André Siegfried, l'Âme des peuples, Conclusion, II.
9 Cette absence d'accueil, à notre arrivée, de sourires et de saluts à notre passage ne semble point marquer l'hostilité, mais la plus profonde apathie, l'engourdissement de la bêtise.
Gide, Voyage au Congo, in Souvenirs, Pl., p. 807.
(1898, in D. D. L.). Spécialt (psychopath., méd.). Affaiblissement de l'initiative et de l'activité, lié à une profonde indifférence affective. aussi Dépression. || Tendance à l'apathie. Apathique. || Apathie constitutionnelle, accidentelle, transitoire. || Apathie associée à des déficits organiques, à des troubles mentaux, à des chocs physiques, émotionnels.
CONTR. Activité, énergie, enthousiasme, entrain, vivacité; sensibilité.
DÉR. Apathique.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Apathie — Sf Teilnahmslosigkeit erw. fremd. Erkennbar fremd (18. Jh.) Entlehnung. Vermutlich über l. apathīa und frz. apathie entlehnt aus gr. apátheia Unempfindlichkeit (speziell als zentraler Begriff der stoischen Philosophie, dann zum Ideal des… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • apathie — APATHIE. s. f. État d Une âme qui n est susceptible d aucune émotion. Être dans l apathie. Les Stoïciens vouloient que leur Sage fût dans une entière apathie …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Apathie — Apathie: Griech. a pátheia »Schmerzlosigkeit, Unempfindlichkeit« (zu 2↑ a..., ↑ A... »un...« und griech. páthos »Schmerz«, vgl. ↑ Pathos) gelangte als zentraler Begriff stoischer Philosophie (»völlige Absage an Lust und Unlust«) über entsprechend …   Das Herkunftswörterbuch

  • apathie — APATHIE. s. f. Estat de l ame où elle n est point esmeüe des passions. Il est dans une grande apathie …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Apăthie — (v. gr.), 1) (Psychol.), Gefühllosigkeit; der höchste Grad von Trägheit od. Phlegma eines lebenden Wesens, in welchem jede Einwirkung einen[592] ungewöhnlich geringen Eindruck macht u. eine eben solche Rückwirkung hervorruft. Faulheit, Dummheit… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Apathīe — (griech.), »Unempfindlichkeit der Seele« gegen schmerzhafte oder auch andre Eindrücke, daher Gleichgültigkeit oder derjenige Zustand, in dem der Mensch über ein Ereignis oder einen Gegenstand weder Lust noch Unlust empfindet, letztern weder… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Apathie — Apathīe (grch.), Gefühllosigkeit, Gleichgültigkeit, Stumpfheit …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Apathie — Apathie, Unthätigkeit, Leidenschaftlosigkeit, Abspannung ist entweder natürlich oder angeeignet, künstlich; im ersten Falle Schwäche des Temperaments (Phlegma), im zweiten Beherrschung der Kraft (Gleichmuth). B–l …   Damen Conversations Lexikon

  • Apathie — Apathie, Gefühllosigkeit, Gleichgültigkeit, bezeichnet einen Mangel oder geringen Grad der Fähigkeit von äußern Eindrücken erregt zu werden. Die A. kann vorübergehend sein, so die A. in Folge von Kummer, Sorgen etc., oder aber bleibend als… …   Herders Conversations-Lexikon

  • Apathie — Mit Apathie (griechisch ἀπάθεια, apátheia „Unempfindlichkeit“, „Gelassenheit“) bezeichnet man die Teilnahmslosigkeit, Leidenschaftslosigkeit, mangelnde Erregbarkeit und Unempfindlichkeit gegenüber äußeren Reizen. Inhaltsverzeichnis 1 Medizin …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.